Les bienfaits de l’huile de poisson : pour les troubles cérébraux, cardiovasculaires et plus encore

Bienfaits de l’huile de poisson sur la santé

 

L’huile de poisson est l’un des compléments alimentaires les plus consommés sur la planète. Elle est riche en acides gras oméga-3, qui sont très importants pour la santé.

Si vous ne mangez pas beaucoup de poisson gras, prendre un supplément d’huile de poisson pourrait vous aider à obtenir suffisamment d’acides gras oméga-3.

Voici les principaux bienfaits de l’huile de poisson sur la santé.


Qu’est-ce que l’huile de poisson ?

L’huile de poisson provient des tissus des poissons gras. Les meilleures sources sont les poissons gras d’eau froide.

En ce qui concerne la consommation humaine d’huile de poisson, vous pouvez l’obtenir du poisson lui-même ou d’un supplément d’huile de poisson.

L’huile de poisson est une source concentrée d’acides gras oméga-3, également appelés acides gras n-3. Les oméga-3 sont des acides gras polyinsaturés à longue chaîne, ou AGPI.

Notre corps est capable de produire la plupart des graisses dont nous avons besoin mais ce n’est pas vrai pour les acides gras oméga-3. En ce qui concerne ces graisses essentielles, nous devons les obtenir à partir d’aliments riches en oméga-3 ou de compléments alimentaires.

L’huile de poisson contient deux acides gras polyinsaturés oméga-3 très importants : l’acide docosahexaénoïque (DHA) et l’acide eicosapentaénoïque (EPA). Le DHA et l’EPA sont parfois appelés oméga-3 marins car ils proviennent principalement de poissons.

Le saumon, le hareng, le poisson blanc, les sardines et les anchois capturés dans la nature sont parmi les meilleurs poissons à consommer dans votre alimentation.


Valeur nutritive de l’huile de poisson

La principale valeur nutritionnelle de l’huile de poisson est sa teneur élevée en acides gras. Comme je viens de le dire, les bienfaits de l’huile de poisson proviennent du fait qu’elle est riche en acides gras oméga-3 connus sous le nom de DHA et EPA.

Une cuillère à café (quatre grammes) d’huile de poisson (sardine dans cet exemple), contient environ :

  • 40,6 calories
  • 4,5 grammes de graisse (1,5 grammes de graisse saturée)
  • 0 milligramme de sodium
  • 0 gramme de fibres
  • 0 gramme de sucre
  • 0 gramme de protéines
  • 14,9 unités internationales de vitamine D
  • 1 084 milligrammes d’acides gras oméga-3
  • 90,6 milligrammes d’acides gras oméga-6.

Les informations nutritionnelles varient selon le produit et la source de poisson. Vérifiez l’étiquetage des suppléments pour plus de détails.


Les bienfaits de l'huile de poisson

Bienfaits de l’huile de poisson sur la santé

Il y a tellement d’avantages associés à la consommation d’huile de poisson. Ce ne sont là que quelques-uns des principaux bienfaits pour la santé scientifiquement prouvés que je souhaite vous faire connaître.

1. TDAH

De nombreux membres de la communauté médicale pensent que des taux non optimaux d’acides gras oméga-3 peuvent contribuer aux symptômes du TDAH (trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité) et à des problèmes de développement connexes, ainsi qu’à de nombreux autres problèmes de santé mentale au cours de la vie.

Une étude de 2012 portait sur des enfants de 6 à 12 ans atteints de TDAH traités par méthylphénidate et par une thérapie comportementale standard pendant plus de six mois.

Les parents de ces enfants n’ont signalé aucune amélioration du comportement et de l’apprentissage scolaire en utilisant ces traitements standard.

Les chercheurs ont donné au hasard à certains enfants une supplémentation en acide oméga-3 et en oméga-6 ou un placebo.

Ils ont constaté une amélioration statistiquement significative pour le groupe oméga-3 dans les catégories suivantes : agitation, agressivité et résultats scolaires.

Une autre étude a révélé qu’une augmentation de l’apport en oméga-3, en particulier en DHA, pourrait améliorer l’alphabétisation et le comportement des enfants atteints de TDAH.

L’huile de poisson agirait probablement sur les fonctions cérébrales, ce qui est logique si on considère que 60% du cerveau est composé de graisses.

2. Maladie d’Alzheimer

Depuis plusieurs années, le lien entre l’huile de poisson et la maladie d’Alzheimer est étudié avec des résultats cohérents.

Les acides gras essentiels, indispensables au fonctionnement du cerveau, que l’on trouve dans l’huile de poisson peuvent non seulement ralentir le déclin cognitif mais aussi aider à prévenir l’atrophie cérébrale chez les personnes âgées.

Une étude publiée dans le journal FASEB a examiné les effets sur la santé d’une supplémentation alimentaire en acides gras oméga-3 et en antioxydants, sur une durée de 4 à 17 mois.

Les résultats ont confirmé une fois de plus le potentiel d’utilisation de l’huile de poisson en tant qu’arme pour lutter contre le déclin cognitif et la maladie d’Alzheimer.

Une autre étude menée par des chercheurs américains du Rhode Island Hospital, à Providence, a examiné la relation entre une supplémentation en huile de poisson et les indicateurs de déclin cognitif.

Les sujets de l’étude étaient des adultes plus âgés : 229 personnes dont la condition cognitive était normale, 397 patients présentant une déficience cognitive légère et 193 patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

Les sujets ont été évalués avec des tests neuropsychologiques et une imagerie par résonance magnétique du cerveau tous les six mois, tout en prenant des suppléments d’huile de poisson.

L’étude a révélé que les adultes prenant de l’huile de poisson (qui n’avaient pas encore développé la maladie d’Alzheimer et qui n’avaient pas de facteur de risque génétique connu sous le nom d’APOE ε4) présentaient un déclin cognitif et un rétrécissement du cerveau nettement moins importants que les adultes ne prenant pas d’huile de poisson.

3. Cognition

Les huiles de poisson sont souvent appelées «nutriments cérébraux», mais le rôle exact qu’elles jouent dans le cerveau n’est pas encore bien compris.

On pense que leurs effets anti-inflammatoires pourraient aider à préserver les cellules du cerveau, car l’inflammation peut détruire des cellules saines et accélérer le déclin cognitif.

Les oméga-3 aident également à réduire les taux d’un acide aminé appelé homocystéine dans le sang, dont des taux élevés peuvent conduire à une accumulation de plaques adipeuses dans le cerveau et accélérer le déclin cognitif.

Une méta-analyse réalisée en 2011 a montré qu’une consommation élevée d’oméga-3 réduisait de manière significative les taux d’homocystéine, avec des périodes de traitement allant de 6 à 48 semaines et des dosages allant de 200 à 6000 mg par jour.

Des recherches sont en cours pour déterminer le dosage exact requis pour obtenir un effet bénéfique.

4. Anxiété

L’European Journal of Neuroscience a publié une étude en 2013 montrant que l’huile de poisson inversait tous les changements de comportement analogues à l’anxiété et à la dépression induits chez le rat.

C’est une étude intéressante car elle insiste sur l’importance d’une supplémentation en huile de poisson lors de «périodes critiques du développement du cerveau».

C’est précisément pourquoi certains experts recommandent de donner dès le début de l’huile de poisson à nos enfants pour éviter qu’ils ne développent une anxiété ou une dépression plus tard dans la vie.

5. Dépression

Nous avons déjà vu que l’huile de poisson peut aider à atténuer les symptômes de la dépression chez le rat, mais qu’en est-il des humains ?

Une étude publiée dans la revue Nutritional Neuroscience a évalué les effets d’une supplémentation en huile de poisson sur les concentrations de métabolites préfrontaux chez des adolescents présentant un trouble dépressif majeur.

Les chercheurs ont constaté une diminution de 40% des symptômes majeurs de dépression, en plus d’une nette amélioration de la teneur en acides aminés et en éléments nutritifs dans le cerveau, en particulier dans le cortex préfrontal dorsolatéral droit.

6. Arthrite

En 2014, une étude de 18 mois a été publiée. Elle visait à déterminer comment l’huile de bourrache, riche en GLA (acide gamma-linolénique) et l’huile de poisson se comportaient dans le traitement de patients atteints de polyarthrite rhumatoïde.

Il a été découvert que les trois groupes (un groupe prenant de l’huile de poisson, un groupe prenant de l’huile de bourrache et un groupe prenant une combinaison des deux) présentaient des réductions significatives de l’activité de la maladie et qu’aucun traitement ne surpassait les autres.

Pour les trois groupes, les réponses cliniques significatives étaient les mêmes après neuf mois.

Il s’agit là d’une excellente nouvelle pour les patients souffrant d’arthrite mais il est essentiel de souligner que les résultats ont été identiques car prendre trop de suppléments est tout simplement inutile et est un gaspillage d’argent.

Une autre étude a également montré que les suppléments d’huile de poisson oméga-3 étaient tout aussi efficaces que les AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) pour réduire les douleurs arthritiques et constituaient une alternative plus sûre aux AINS.

7. Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune qui provoque une inflammation des articulations, entraînant des douleurs et des raideurs.

De nombreuses études bien conçues ont montré que des apports élevés en oméga-3 pouvaient aider à réduire la douleur associée à la polyarthrite rhumatoïde, et certains participants étaient même capables de réduire leur consommation d’anti-inflammatoires.

Cependant, il n’a pas été complètement établi si l’huile de poisson contribue à ralentir la progression de la polyarthrite rhumatoïde ou à simplement traiter les symptômes.

8. Cancer

Des études scientifiques ont montré que l’huile de poisson pourrait aider à prévenir et à neutraliser divers cancers, notamment le cancer du côlon, de la prostate et du sein.

La recherche a non seulement prouvé l’efficacité de l’huile de poisson face à des médicaments anticancéreux conventionnels mais elle constitue également une thérapie autonome efficace pour le traitement naturel du cancer.

Les émulsions lipidiques d’huile de poisson intraveineuses, en particulier, sont riches en acides gras polyinsaturés oméga-3, qui présentent des effets anti-inflammatoires et immunomodulateurs.

Une étude scientifique publiée en 2013 a examiné les effets des acides gras polyinsaturés oméga-3 sur la prévention du cancer de la prostate.

Les chercheurs ont conclu qu’il existe de nombreuses preuves suggérant que les oméga-3 ont des effets anti-prolifératifs, ce qui signifie qu’ils inhibent la croissance des cellules cancéreuses, dans les lignées de cellules cancéreuses, sur modèles animaux et humains.

En outre, les effets directs sur les cellules cancéreuses et les effets anti-inflammatoires indirects sur le système immunitaire luttant contre le cancer contribuent probablement à la capacité des acides gras oméga-3 à inhiber la croissance tumorale.

Un groupe de chercheurs, en Inde, a mené une étude publiée dans Cancer Chemotherapy and Pharmacology, fondée sur le postulat selon lequel «l’huile de poisson riche en acides gras polyinsaturés n-3 serait préférable aux médicaments anticancéreux pour chimiosensibiliser les cellules tumorales».

Le fluorouracile (5-FU) utilisé dans le traitement du cancer colorectal ainsi que l’huile de poisson ont augmenté le taux de survie des animaux traités avec un agent cancérigène.

Les chercheurs ont également constaté que la dépression hématologique ainsi que la toxicité gastro-intestinale, hépatique et rénale causée par le 5-FU étaient améliorées par l’huile de poisson.

Une étude scientifique réalisée en 2014 a évalué les résultats de l’apport en oméga-3 en relation avec la prévention et le traitement du cancer du sein, le cancer le plus répandu chez les femmes.

L’étude a révélé que l’EPA et le DHA, ainsi que l’ALA, peuvent inhiber de manière différentielle le développement d’une tumeur mammaire.

Selon cette étude, il existe des preuves solides en faveur de l’utilisation des oméga-3 en tant “qu’intervention nutritionnelle dans le traitement du cancer du sein pour améliorer les traitements conventionnels ou potentiellement réduire les doses efficaces”.

En outre, une étude de 2016 a révélé qu’une consommation très élevée de poisson du début de l’âge adulte à l’âge moyen peut être associée à une diminution du risque de cancer du sein.

L’huile de poisson semble également être utile pour un autre type de cancer chez les femmes : le cancer de l’endomètre.

Une étude scientifique récemment publiée dans l’American Journal of Clinical Nutrition a révélé que l’apport en oméga-3 à longue chaîne associé à une réduction du risque de cancer de l’endomètre ne concerne que les femmes de poids normal.

Dans l’édition 2017 du Journal of Nutritional Biochemistry, les effets d’une supplémentation en huile de poisson ont été examinés en ce qui concerne les prostaglandines dans les tissus normaux et tumoraux du côlon.

Chez des rats de laboratoire atteints d’un cancer du côlon, l’impact des acides gras oméga-3 sur la formation de prostaglandines et d’autres eicosanoïdes dans le côlon a été examiné.

Pendant 21 jours, une diète à base d’huile de poisson a été administrée et il a été démontré que les huiles de poisson étaient efficaces pour la prévention du cancer du côlon.

“Cela pourrait s’étendre à d’autres agents préventifs qui fonctionnent en réduisant le stress inflammatoire”, ont déclaré les auteurs.

9. Maladies cardiovasculaires

Selon l’Institut de recherche cardiovasculaire de Maastricht aux Pays-Bas, « des études épidémiologiques montrent que le remplacement des graisses par des glucides peut même être pire [que le régime alimentaire riche en graisses de type occidental] et que divers acides gras polyinsaturés ont des effets bénéfiques plutôt que néfastes sur les résultats des maladies cardiovasculaires ».

Cela inclut les acides gras de l’huile de poisson dotés de propriétés anti-inflammatoires, qui peuvent aider à prévenir et à inverser une pléthore de maladies cardiovasculaires.

Des études ont également montré que les acides gras oméga-3 provenant de l’huile de poisson étaient associés à une amélioration du taux de survie des victimes de crises cardiaques.

Une étude publiée dans la revue médicale Circulation a révélé que les personnes qui prenaient une forte dose d’huile de poisson pendant six mois après une crise cardiaque amélioraient en fait le fonctionnement général de leur cœur et réduisaient également les biomarqueurs de l’inflammation systémique.

10. Triglycérides

Les triglycérides sont un type de graisse qui s’accumule dans le sang. Avec le temps, des taux élevés contribuent à l’épaississement et au durcissement des parois des artères (athérosclérose) et augmentent donc le risque de maladie cardiaque.

Il a été prouvé que les huiles de poisson peuvent réduire les taux de triglycérides, en particulier chez les personnes présentant des taux très élevés.

11. Diabète

Une étude publiée dans Brain Research montre à quel point l’huile de poisson peut être d’une grande portée pour les personnes atteintes de diabète.

Des recherches ont montré que l’huile de poisson peut aider à réduire le risque de déficit cognitif chez les diabétiques car elle empêche les cellules de l’hippocampe d’être détruites.

Une étude a également montré que l’huile de poisson pouvait aider à réduire le stress oxydatif, qui joue un rôle central dans le développement des complications du diabète, tant microvasculaires que cardiovasculaires.

Une autre étude récente montre que la consommation de poisson gras peut réduire le risque de complications du diabète oculaire.

Des chercheurs ont étudié la consommation de fruits de mer d’environ 3 600 hommes et femmes diabétiques âgés de 55 à 80 ans pendant près de cinq ans.

Les chercheurs ont découvert que les personnes qui consommaient régulièrement 500 milligrammes d’acide gras oméga-3 dans leur régime alimentaire (soit deux portions de poisson gras par semaine) avaient 48% moins de risques de développer une rétinopathie diabétique que celles qui en consommaient moins.

Au final, cela montre que la consommation d’huile de poisson est bénéfique pour les diabétiques et que les sources d’huile de poisson devraient être incluses dans le cadre d’un plan de régime pour diabétiques.

12. Troubles oculaires

Il y a d’autres bonnes nouvelles en matière d’huile de poisson et de santé oculaire, et ce n’est pas juste pour les diabétiques cette fois. Il a été démontré que l’huile de poisson inversait les troubles oculaires liés à l’âge.

En mars 2014, des chercheurs français ont évalué 290 patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et ont découvert que la consommation de poisson et de fruits de mer était considérablement plus faible chez les patients atteints de DMLA.

En raison des taux élevés d’EPA et de DHA dans l’huile de poisson, il a été conclu que ce type d’intervention nutritionnelle pourrait être particulièrement bénéfique pour les personnes à risque élevé de dégénérescence maculaire néovasculaire liée à l’âge.

Une consommation plus élevée de graisses polyinsaturées, telles que celles présentes dans le poisson et les huiles de poisson, a également été liée à une réduction des taux de cataracte corticale.

13. Système immunitaire

Une étude chez l’animal a révélé que, lorsque de l’astaxanthine, un antioxydant, est associée à de l’huile de poisson, le pouvoir immunitaire est multiplié.

Les chercheurs estiment que les résultats de cette étude sont certainement applicables à la santé humaine. Ils concluent que l’étude renforce les effets bénéfiques pour la santé de la consommation habituelle de poisson.

Le saumon est un poisson qui contient naturellement de l’huile de poisson et de l’astaxanthine. Les experts recommandent également l’achat d’un supplément d’huile de poisson contenant de l’astaxanthine.

Vous pouvez trouver ce type de complément alimentaire en pharmacie ou en ligne.

14. Peau et cheveux

Les avantages pour la santé de l’huile de poisson peuvent être incroyables pour le plus grand organe du corps, la peau.

Cette source de graisses essentielles améliore la santé et la beauté de la peau humaine de plusieurs manières.

L’huile de poisson profite et nourrit la peau grâce à ses graisses et apporte des vitamines liposolubles qui aident la peau à conserver une texture lisse et élastique.

Il existe également des preuves que l’huile de poisson prévient les rides et agit contre le processus de vieillissement.

Une carence en EPA et en DHA dans l’alimentation contribue à des affections cutanées telles que les pellicules, l’amincissement des cheveux, l’eczéma et le psoriasis, ainsi qu’aux taches de vieillesse et de soleil. Sans les acides gras essentiels, une trop grande quantité d’humidité quitte la peau.

La vérité est que votre santé interne peut transparaître sur votre peau, et prendre un supplément d’huile de poisson en interne peut être aussi bon, voire meilleur, que d’appliquer des crèmes hydratantes conventionnelles.

Dans une étude, des individus prenant l’équivalent en huile de poisson de 1,8 grammes d’EPA présentaient une réduction significative des symptômes d’eczéma après 12 semaines.

Les chercheurs pensent que ces effets pourraient être dus à la capacité de l’huile de poisson à réduire le leukotriène B4, une substance inflammatoire qui joue un rôle dans l’eczéma.

Selon la National Psoriasis Foundation, l’huile de poisson peut aider à prévenir ou à ralentir les cardiopathies, ce qui est particulièrement bénéfique pour les personnes souffrant de psoriasis et d’arthrite psoriasique présentant un risque plus élevé de développer une cardiopathie.

En ce qui concerne l’utilisation de suppléments à base d’huile de poisson pour atténuer les symptômes du psoriasis, les études ont été mitigées, certaines montrant une amélioration, d’autres ne montrant aucun effet.

Si vous souffrez de psoriasis, vous pouvez essayer un supplément d’huile de poisson ou essayez de consommer régulièrement du poisson riche en oméga-3.

L’une des principales raisons pour lesquelles l’huile de poisson conduit à une peau plus saine est certainement le fait qu’elle peut réduire l’inflammation.

Des recherches ont montré que les suppléments d’huile de poisson peuvent même réduire l’inflammation provoquée par le soleil et soulager les coups de soleil.

15. Fertilité et grossesse

Des études récentes ont montré que la consommation d’huile de poisson (ou, plus précisément, d’acides gras oméga-3 présents dans l’huile de poisson) pouvait améliorer la fertilité des hommes et des femmes.

Le DHA, qui est un sous-produit des acides gras oméga-3, joue un rôle clé dans la mobilité du sperme et la santé de celui-ci chez l’homme. De faibles taux sanguins de DHA ont été associés à une baisse de la fertilité.

Des études chez l’animal ont montré que le DHA dans le poisson est essentiel pour transformer le sperme dysfonctionnel à tête ronde en nageurs puissants à la tête en forme de cône remplie de protéines pénétrant l’œuf.

Il a également été démontré que l’huile de poisson augmentait la fertilité chez les femmes en réduisant l’inflammation, en équilibrant les hormones et en régulant les cycles.

En outre, l’huile de poisson s’est révélée efficace dans le traitement d’affections telles que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) et l’endométriose, pouvant entraîner une infertilité.

L’huile de poisson est également extrêmement bénéfique pour les femmes enceintes et leurs enfants. Tout au long de la grossesse et aussi pendant l’allaitement, les besoins en oméga-3 d’une femme sont encore plus importants que d’habitude.

Selon l’American Pregnancy Association, la plupart des femmes occidentales sont carencées en EPA et en DHA. De plus, la grossesse épuise encore davantage les réserves, car le placenta fournit au fœtus du DHA provenant des tissus de la mère.

Le DHA est un élément essentiel du cerveau, des yeux et du système nerveux du fœtus. Une fois que le bébé est né, les oméga-3 continuent d’être essentiels au développement sain du cerveau et à la fonction immunitaire.

Les acides gras oméga-3 semblent également réduire les risques d’accouchement prématuré. La consommation d’EPA et de DHA peut aider à obtenir des résultats sains en matière d’accouchement.

Ce duo d’oméga-3 contribue également à normaliser l’humeur et le bien-être général de la mère après l’accouchement.

16. Perte de poids

Des chercheurs australiens ont publié les résultats d’une étude sur les effets de l’huile de poisson sur la perte de poids, combinée à un régime alimentaire sain et à de l’exercice physique. L’étude a été publiée dans le numéro de mai 2007 de l’American Journal of Clinical Nutrition.

Les résultats montrent qu’une combinaison de suppléments d’huile de poisson et d’exercices physiques réguliers peut réduire la graisse corporelle tout en améliorant la santé cardiaque et métabolique.

Le groupe qui suivait une supplémentation en huile de poisson présentait une diminution des triglycérides, une augmentation du cholestérol HDL et une amélioration du flux sanguin.

Globalement, l’ajout d’huile de poisson à un programme d’exercice (et à un mode de vie sain) semble réduire le risque de graisse corporelle et de maladies cardiovasculaires.

Une autre étude a suivi des volontaires qui consommaient exactement le même régime de contrôle et substituaient l’huile de poisson aux graisses visibles (beurre et crème, par exemple). Les volontaires consommaient six grammes d’huile de poisson chaque jour pendant trois semaines.

Les chercheurs ont constaté que la masse grasse diminuait avec la consommation d’huile de poisson. Les chercheurs ont conclu que l’huile de poisson réduit la graisse corporelle et stimule l’utilisation d’acides gras pour la production d’énergie chez l’adulte en bonne santé.

17. Néphropathie

La néphropathie à IgA (appelée aussi maladie de Berger) est une maladie courante qui provoque une insuffisance rénale au stade terminal et nécessite un traitement de remplacement du rein.

Une étude menée en 2017 par le Journal of Clinical Medicine a conclu qu’une administration réussie d’un traitement d’association EPA / aspirine pour le traitement de la néphropathie à IgA pourrait constituer une alternative prometteuse au traitement par stéroïdes.


Les bienfaits de l'huile de poisson

Carence en acides gras oméga-3

La plupart des problèmes de santé des occidentaux sont dus à un déséquilibre entre acides gras oméga-3 et acides gras oméga-6.

Les acides gras oméga-6 ne sont pas nécessairement mauvais pour la santé mais s’ils sont consommés en grande quantité sans oméga-3, ils provoquent une inflammation, qui conduit à une maladie chronique.

Aujourd’hui, l’occidental moyen présente un ratio de 20: 1 d’acides gras oméga-6 à oméga-3, alors qu’un ratio sain se situe idéalement autour de 2: 1.

En d’autres termes, le régime occidental typique a tendance à contenir de 14 à 25 fois plus d’acides gras oméga-6 que d’acides gras oméga-3.

Une surconsommation d’aliments riches en acides gras oméga-6 est la principale cause de carence en oméga-3.

Les oméga-6 proviennent d’aliments tels que les aliments frits, les aliments de type fast-food et les aliments en boîte qui contiennent des huiles végétales telles que l’huile de soja, l’huile de canola, l’huile de tournesol, l’huile de coton et l’huile de maïs.

Lorsque vous consommez trop d’oméga-6, cela peut réduire la capacité de votre corps à métaboliser les acides gras oméga-3 sains.

Des recherches ont montré que le fait d’avoir un rapport moins élevé d’acides gras oméga-6 / oméga-3 peut réduire le risque de nombreuses maladies chroniques courantes.

Des centaines d’études ont démontré que l’obtention de suffisamment d’oméga-3, ce qui signifie un équilibre approprié entre oméga-3 et oméga-6, pourrait éventuellement être bénéfique pour de nombreuses maladies inflammatoires, notamment :

  • TDAH
  • Asthme
  • Arthrite
  • Maladies auto-immunes
  • Cancer
  • Dépression
  • Maladie cardiaque.

Il est également important de savoir que certaines études ont montré que les huiles de poisson alimentaires riches en acide eicosapentaénoïque abaissent en réalité la teneur en acide arachidonique (oméga-6) et ses métabolites dans les phospholipides plasmatiques et tissulaires.

Néanmoins, les acides gras oméga-6 ne sont pas mauvais pour vous. En fait, si votre alimentation contient trop d’acides gras oméga-3, votre système immunitaire ne fonctionnera pas bien. Tout repose sur l’équilibre de ces deux acides gras essentiels.

Notez que même si certains aliments comme les graines de lin et le bœuf nourri à l’herbe contiennent des acides gras oméga-3, ces acides gras sont de l’acide alpha-linolénique (ALA) et non de l’EPA / DHA comme ceux que l’on trouve dans l’huile de poisson.

Selon la recherche médicale, l’huile de poisson (EPA / DHA) présente bien plus d’avantages pour la santé que l’huile de lin (ALA) pour la plupart des gens.


Compléments alimentaires / suppléments d’huile de poisson

Votre meilleur moyen de parvenir à un bon équilibre entre oméga-3 et oméga-6 consiste à obtenir votre huile de poisson à partir de poissons capturés dans la nature, comme le saumon.

Cependant,il peut être bénéfique pour certaines personnes de compléter leur régime alimentaire avec une huile de poisson oméga-3 de haute qualité ou une huile de foie de morue.

De plus, les poissons d’eau froide sont fréquemment contaminés par du mercure et des résidus de pesticides, ce qui rend très difficile d’atteindre les taux recommandés en toute sécurité.

Par conséquent, compléter votre alimentation en huile de poisson pure et riche en antioxydants peut être l’un des meilleurs moyens d’obtenir votre dose d’oméga-3.

Les types de poisson les plus couramment utilisés dans les suppléments d’huile de poisson sont le saumon, le foie de morue, le maquereau, les sardines, le flétan, la goberge, le krill et le hareng.

Vous pouvez facilement trouver des suppléments d’huile de poisson en pharmacie ou en ligne.

Mon estimation est que près de 90% des huiles de poisson disponibles sur le marché peuvent contenir du mercure et des résidus de pesticides ainsi que des huiles hydrogénées. Bien entendu, c’est mon opinion qui découle de mes propres recherches.

Je resterais à l’écart de toutes les huiles de poisson qui ne contiennent pas d’antioxydants comme l’astaxanthine, qui aident à stabiliser l’huile afin qu’elle ne rancisse pas.

Pour éviter les suppléments d’huile de poisson contenant du mercure ou d’autres contaminants nocifs, achetez des suppléments auprès d’une source fiable qui teste clairement la présence de contaminants dangereux pour la santé dans ses produits.

Ces tests devraient idéalement être effectués par une tierce partie et un certificat d’analyse devrait indiquer les taux de pureté de toxines environnementales.


Compléments alimentaires vs. Poissons frais

Le régime alimentaire doit toujours être la source principale d’acides gras oméga-3, tandis que des suppléments peuvent être utilisés pour compléter votre apport alimentaire et couvrir les éventuels manques nutritionnels.

Essayez de manger deux portions de poisson gras par semaine, telles que le saumon, les sardines et le maquereau, selon les recommandations du ministère de la Santé.

Cependant, le poisson frais contient de petites quantités de toxines et de polluants tels que le mercure, qui peuvent être nocifs s’ils sont consommés à fortes doses. Par conséquent, vous devriez éviter de consommer plus que les deux portions recommandées par semaine.

Si vous choisissez d’ajouter des compléments alimentaires d’huile de poisson à votre alimentation, recherchez des huiles distillées par voie moléculaire. Le processus de distillation élimine complètement les toxines et les impuretés, de sorte que l’huile peut être consommée sans danger en quantités plus importantes.

De nombreuses capsules d’huile de poisson de haute qualité contiennent également de la vitamine E pour empêcher l’oxydation des graisses, qui finissent par les détériorer et les dégrader.

Soyez conscient de la quantité de vitamine E que vous consommez dans votre régime alimentaire et dans vos autres suppléments, car la vitamine E est liposoluble et peut être nocive en très grande quantité.

Vous pouvez facilement trouver des suppléments d’huile de poisson en pharmacie ou en ligne.


Posologie recommandée

À l’heure actuelle, il n’existe pas de recommandation officielle concernant la quantité d’oméga-3 dont nous avons besoin chaque jour, mais les suggestions vont d’une dose d’huile de poisson de 500 à 1 000 milligrammes par jour, en fonction du professionnel de santé à qui vous posez la question.

Est-il facile de consommer ces quantités recommandées ? Pour vous donner une idée, il y a plus de 500 milligrammes d’oméga-3 au total dans une boîte de thon ou dans une petite portion de saumon sauvage.

Lorsque vous prenez de l’huile de poisson, en prendre trop n’est pas toujours meilleur pour la santé. N’oubliez pas que vous souhaitez conserver un rapport équilibré avec les acides gras oméga-6.

Pour la plupart des gens, je recommande une dose quotidienne de 1 000 milligrammes d’huile de poisson. Je recommande fortement de ne pas prendre plus que cette dose sauf indication contraire de votre médecin.


Effets secondaires possibles et précautions

Si votre régime alimentaire ne vous procure pas suffisamment d’oméga-3, les suppléments d’huile de poisson peuvent être une bonne option.

Les effets secondaires de l’huile de poisson peuvent inclure des éructations, une mauvaise haleine, des brûlures d’estomac, des nausées, des selles molles, des éruptions cutanées et des saignements de nez.

Il est préférable de prendre de l’huile de poisson avec les repas pour réduire les effets secondaires.

Avant de prendre de l’huile de poisson, parlez-en à votre médecin si vous prenez actuellement des médicaments ou si vous avez des problèmes de santé.

Vous devez également consulter votre médecin avant de prendre de l’huile de poisson si vous avez une allergie connue au poisson ou aux fruits de mer.


Interactions médicamenteuses

Si vous avez un trouble de la coagulation, si vous avez des ecchymoses ou si vous prenez des médicaments pour fluidifier le sang, vous devez utiliser les suppléments d’huile de poisson avec beaucoup de prudence, car de fortes doses d’acides gras oméga-3 peuvent augmenter le risque de saignement.

Ce risque de saignement s’applique également aux personnes n’ayant pas d’antécédents de troubles de la coagulation ou d’utilisation actuelle de médicaments.

Si vous êtes atteint de diabète de type 2, vous ne devez utiliser des suppléments d’huile de poisson que sous la surveillance de votre médecin. Les personnes atteintes de diabète de type 2 peuvent voir leur glycémie à jeun augmenter avec la prise de suppléments d’huile de poisson.


Conclusion

Les acides gras oméga-3 sont essentiels à notre santé mais notre corps ne peut en fabriquer. Nous devons donc les obtenir par notre régime alimentaire.

Si le régime alimentaire ne suffit pas pour répondre à nos besoins, un supplément d’huile de poisson de haute qualité est la meilleure option.

Les meilleurs suppléments d’huile de poisson sont ceux qui sont fabriqués selon des normes strictes et soumis à des tests approfondis des contaminants dangereux pour la santé, comme le mercure.

Vous pouvez facilement trouver des suppléments d’huile de poisson en pharmacie ou en ligne.

L’huile de poisson peut être utilisée comme moyen de prévention de nombreux problèmes de santé. Des études scientifiques continuent de confirmer tous les bienfaits incroyables de l’huile de poisson, allant de l’eczéma à la fertilité, en passant par les maladies cardiaques et de nombreux types de cancer.

Bienfaits de l’huile de poisson sur la santé

Vous pourrez aussi aimer