Comment inverser le diabète de type 2 ?

Comment inverser le diabète de type 2 ?

 

On estime que 415 millions de personnes dans le monde vivent avec le diabète, soit 1 personne sur 12 de la population adulte mondiale.

Ce qui est encore plus alarmant, c’est que ce chiffre devrait atteindre 642 millions d’ici 2040. Cependant, ce ne sera pas nécessairement le cas. On pensait autrefois que le diabète était une maladie évolutive que l’on ne pouvait que ralentir.

Mais, à présent, des recherches émergentes ont présenté de puissants moyens de gérer le diabète de type 2 et même de mettre cette maladie en rémission.


Qu’est-ce que le diabète de type 2 ?

Le diabète sucré de type 2 (DT2) est une affection qui représente un taux de sucre sanguin élevé de façon chronique, et qui représenterait 90% des personnes atteintes de diabète.

Pour comprendre l’étiologie du diabète de type 2, nous devons d’abord aborder l’hormone insuline. L’insuline est produite par les cellules bêta des îlots de Langerhans dans le pancréas, son rôle principal dans l’organisme étant la régulation du glucose (sucre) dans le sang.

Le diabète de type 2 survient lorsque les cellules bêta du pancréas ne peuvent pas produire suffisamment d’insuline pour réguler l’apport alimentaire élevé en sucre, ou lorsque les cellules du corps deviennent résistantes à l’insuline, un phénomène connu sous le nom de “résistance à l’insuline”.

Le corps a la capacité de stocker le glucose sous forme de glycogène, principalement dans les muscles (environ 400 g pour l’adulte moyen), mais il peut également être stocké dans le foie à des doses d’environ 100 g.

Chez un individu en bonne santé qui est «sensible à l’insuline», le pancréas libère de l’insuline après qu’un repas contenant des glucides augmente le taux de sucre dans le sang.

L’insuline signale aux cellules de l’organisme qu’elles acceptent le glucose, ce qui leur fournit ensuite de l’énergie et réduit le taux de sucre dans le sang.

Pour transporter efficacement le glucose dans les cellules à stocker sous forme de glycogène, l’insuline se lie aux récepteurs de l’insuline situés à proximité de la membrane cellulaire, ce qui stimule une réaction en chaîne.

À la fin de cette réaction, les protéines connues sous le nom de transporteur de glucose 4 (GLUT4) vont migrer vers les membranes cellulaires et transporter le sucre du sang dans les cellules. Une fois à l’intérieur de la cellule, il peut être utilisé pour créer de l’énergie immédiatement ou stocké sous forme de glycogène pour une utilisation ultérieure.

Cependant, chez une personne présentant une résistance à l’insuline, l’insuline ne sera pas capable de se lier efficacement aux récepteurs de l’insuline, ce qui signifie qu’aucune réaction en chaîne ni aucune migration de GLUT4 ne se produiront.

Il en résulte que le glucose reste dans le sang à des taux dangereusement élevés (hyperglycémie), ce qui, à terme, peut entraîner de graves problèmes de santé. Ceux-ci seront explorés plus tard dans l’article.


Quels sont les symptômes du diabète de type 2 ?

On estime que plus d’un demi-million de Français vivent avec le diabète mais ne le savent pas encore. il est donc important de rechercher les symptômes. Ceci est encore plus important si vous êtes en surpoids ou obèse, ce que sont 80% des diabétiques de type 2.

De même, si vous avez des antécédents familiaux de diabète de type 2, il est très important d’adopter un mode de vie sain et de consulter régulièrement votre médecin.

Les symptômes typiques du diabète incluent :

  • Besoin d’uriner plus régulièrement, surtout pendant la nuit – Le corps tente d’éliminer l’excès de sucre dans l’urine.
  • Soif accrue – Pour stimuler la production d’urine.
  • Léthargie – Causée lorsque le glucose ne pénètre pas dans les cellules pour fournir de l’énergie.
  • Perte de poids et perte de masse musculaire – L’insuline a un effet anti-catabolique, ce qui signifie qu’elle aide à prévenir la dégradation musculaire. Les diabétiques peuvent donc avoir un taux de perte musculaire accru.
  • Déficience visuelle – Une glycémie élevée provoque le gonflement du cristallin, ce qui peut causer des dommages.

Les autres symptômes comprennent une faim excessive, des maux de tête, une guérison lente des plaies, des démangeaisons, des infections à levures fréquentes, des picotements dans les mains et les pieds et un dysfonctionnement sexuel.

Si vous présentez l’un de ces symptômes, il est vivement recommandé de consulter votre médecin.


Comment diagnostique-t-on le diabète de type 2 ?

Il existe de nombreuses façons de diagnostiquer une altération de la tolérance au glucose (prédiabète) ou un diabète de type 2 à une personne.

Premièrement, il peut être utilisé un simple test sanguin indiquant la glycémie à jeun généralement prise après 8 à 12 heures sans nourriture.

Pour une personne non diabétique, une glycémie à jeun inférieure à 6 mmol / L serait attendue. Pour une personne atteinte de pré-diabète, une valeur de 6-7 mmol / L serait indiquée, tandis qu’une personne atteinte de diabète aurait un taux de glycémie à jeun supérieur à 7 mmol / L.

Un médecin peut également effectuer ce que l’on appelle un test de tolérance au glucose par voie orale, pour savoir comment le corps gère une charge de glucides.

Habituellement, le sujet arrive à jeun, puis sa glycémie est prise. Une fois la valeur de base obtenue, le participant consomme une boisson contenant 75 g de glucose.

Au cours des deux heures suivantes, des mesures de la glycémie sont régulièrement obtenues pour suivre la réponse du corps. Au bout de deux heures, une valeur <7,8 mmol / L indique que vous n’êtes pas diabétique, une valeur de 7,9 à 11 mmol / L indique un pré-diabète, tandis qu’une valeur supérieure à 11 mmol / L indique un diabète.

Dernier point, mais non des moindres, un professionnel de la santé peut aussi prendre une lecture d’un facteur appelé hémoglobine glyquée ou HbA1c. L’HbA1c est largement considérée comme la mesure de référence du diabète, car elle fournit une lecture de glycémie moyenne des 2 à 3 derniers mois.

Une HbA1c égale ou supérieure à 6,5% indique un diabète, alors qu’une lecture de 6-6,4% indique un prédiabète. Cette lecture est régulièrement utilisée chez les diabétiques comme moyen objectif d’indiquer le succès de leur traitement actuel.


Quelles sont les conséquences du diabète de type 2 sur la santé ?

Les conséquences du diabète non contrôlé sur la santé peuvent être dévastatrices. Voici certaines des conséquences les plus courantes sur la santé :

1. Maladie cardiaque

Malheureusement, les diabétiques sont beaucoup plus susceptibles de souffrir de problèmes cardiaques. Un rapport sur le diabète publié en 2007 indiquait que les hommes diabétiques d’âge moyen étaient cinq fois plus susceptibles de souffrir d’une maladie cardiovasculaire, les femmes huit fois plus.

Le risque est considérablement accru car une glycémie élevée entraîne des lésions des vaisseaux sanguins et des nerfs qui contrôlent le cœur et les vaisseaux sanguins.

Cette détérioration peut entraîner des problèmes graves tels que des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux, qui sont les principales causes de décès chez les diabétiques.

2. Maladie rénale

Chez les diabétiques, l’insuffisance rénale est appelée néphropathie diabétique.

La recherche n’a pas encore élucidé la raison exacte pour laquelle 40% des diabétiques développent une néphropathie, mais est probablement due à un impact élevé de la glycémie sur les vaisseaux sanguins et au rôle des reins dans la filtration sanguine.

L’hypertension artérielle, qui est trop fréquente chez les diabétiques de type 2, est également connue pour accélérer la progression de la néphropathie.

3. Cécité

La rétinopathie diabétique est la maladie oculaire la plus répandue chez les personnes atteintes de diabète.

Cette affection est due à des pathologies des vaisseaux sanguins de la rétine ou à un gonflement de ces vaisseaux appelé œdème maculaire.

Dans les cas plus graves, les vaisseaux sanguins peuvent effectivement se développer à la surface de la rétine, ce qui peut conduire à la cécité.

On estime qu’en France, près de 1 500 personnes par an perdent complètement la vue à cause de la rétinopathie diabétique.

4. Neuropathie

La neuropathie est un trouble qui affecte le système nerveux et peut être classée en tant que neuropathie sensorielle, motrice et autonome.

La neuropathie sensorielle affecte les nerfs qui détectent le toucher et la température, la neuropathie motrice affecte le mouvement, tandis que la neuropathie autonome affecte des actions involontaires telles que la fréquence cardiaque et la digestion.

On pense que la neuropathie affecte 50% des diabétiques et peut entraîner d’autres problèmes tels que troubles gastro-intestinaux, problèmes urinaires, impuissance, faiblesse musculaire et gaspillage de tissu dans les mains et les pieds.

En raison du déclin de la fonction motrice et des problèmes circulatoires, le diabète peut parfois conduire à une amputation, qui se produit le plus souvent dans les membres inférieurs.

Les statistiques montrent que les diabétiques sont 15 fois plus susceptibles de subir une amputation.

5. Déclin cognitif

On pensait autrefois que le cerveau était indépendant de l’insuline, mais des recherches ont montré que l’insuline joue un rôle important dans l’organe.

On pense que l’insuline contrôle la prise de nourriture et régule les fonctions cognitives, en particulier la mémoire.

Les preuves commencent à suggérer que la résistance à l’insuline dans le cerveau peut conduire à un déclin cognitif et au développement de la démence.

6. Perte musculaire

L’atrophie musculaire peut sembler un symptôme bénin du diabète si on la compare aux autres, mais c’est tout sauf le cas. Des muscles sains sont nécessaires pour participer aux activités physiques et aux exercices.

Les muscles ont également une capacité relativement grande à stocker le glucose sous forme de glycogène, ce qui signifie qu’une plus grande quantité de sucre peut quitter le sang.

Les muscles ont également une activité métabolique élevée, ce qui signifie qu’ils brûlent beaucoup de calories par jour. Ainsi, une perte de muscle signifie que notre corps brûle moins de calories et prend donc du poids.

Une résistance accrue à l’insuline et les complications de santé associées peuvent alors devenir plus apparentes. Une spirale descendante totale.

Pour prévenir le développement de ces maladies graves, il est essentiel de prendre le contrôle du diabète à un stade précoce et d’être cohérent avec les changements de style de vie positifs que nous explorerons ci-dessous.


Comment le diabète de type 2 peut-il être géré ou même inversé ?

Maintenant que nous avons couvert la prévalence, la cause, les symptômes, le diagnostic et les complications de santé du diabète de type 2, il est temps de regarder quels changements positifs de mode de vie peuvent être apportés pour gérer, voire même inverser cette maladie.

1. Régime à très basse énergie (VLED)

L’une des principales études indiquant le pouvoir de la nutrition sur le contrôle / l’inversion du diabète a été menée par des chercheurs de l’Université de Newcastle en 2011, au Royaume-Uni. Cette étude a recruté 11 diabétiques de type 2 obèses pour une période de 8 semaines.

Dans cette étude, les participants ont été soumis à un régime de semi-famine composé de 600 kcal par jour. 500 kcal provenaient d’une boisson contenant des glucides, des protéines, des lipides, des vitamines et des minéraux, les 100 derniers composés de trois portions de légumes fibreux.

Les participants ont également bu au moins 2 litres d’eau par jour. Les résultats de cette étude ont été tout simplement stupéfiants.

Après 8 semaines, les participants perdaient en moyenne plus de 15 kg de poids corporel, passant de 103 kg à 88 kg, maintenaient l’essentiel de leur masse maigre, réduisaient leur taux d’HbA1c de 7,4% à 6%, diminuaient les taux de graisse pancréatique et hépatique et présentaient des taux de triglycérides normalisés.

De plus, la fonction des cellules bêta du pancréas s’est normalisée, ce qui signifie qu’une quantité suffisante d’insuline pouvait alors être produite.

Les chercheurs ont aussi relevé un retour de la sensibilité à l’insuline dans le foie. N’oubliez pas que certains de ces participants souffraient de diabète depuis 4 ans.

Ces preuves montrent que des années, voire des décennies, de mauvais choix de mode de vie conduisant au diabète et à certains aspects du syndrome métabolique pourraient être inversés en moins de 2 mois par la seule nutrition.

Comment un régime à très basse énergie traite-t-il le diabète ?

Comment les participants ont-ils survécu et fonctionné normalement avec un régime aussi pauvre en calories ? La réponse est liée à un changement de consommation de carburant.

Le corps humain peut être assimilé à un moteur hybride, capable de fonctionner avec plusieurs sources de carburant. En manipulant notre régime alimentaire, nous pouvons obtenir notre carburant à travers différentes voies énergétiques.

Comme nous l’avons constaté précédemment, un corps moyen ne contient qu’environ 500 g de sucre, la plupart étant stockés dans les muscles et le foie sous forme de glycogène et environ 5 g de glucose dans le sang.

Avec chaque gramme de glucose fournissant seulement 4 calories, nous ne disposons que de 2 000 kcal d’énergie, ce qui équivaut pour la plupart d’entre nous à un apport énergétique journalier.

Comparez cela à la graisse, qui fournit 9 calories d’énergie par gramme et peut être stockée en quantité presque infinie, ce qui signifie que la plupart d’entre nous ont assez de graisse pour nous alimenter en énergie pendant des mois ou plus.

Maintenant, il devient parfaitement logique de comprendre pourquoi le corps a la capacité de passer à la combustion de graisses pour le carburant.

Au cours de l’étude, la diète de 600 kcal par jour a rapidement épuisé le glucose de l’organisme, ce qui signifie que le corps a du utiliser presque exclusivement la graisse stockée comme carburant, passant dans un état appelé cétose.

La cétose est bien connu pour réduire considérablement les sensations d’appétit même en présence d’un déficit calorique, c’est pourquoi les participants ont pu maintenir de très faibles apports caloriques sans céder à la faim.

Bien que le corps puisse généralement fonctionner avec des graisses et des cétones, qui sont un sous-produit de la combustion des graisses, nous avons également besoin d’une certaine quantité de glucose, car le système cérébral / nerveux central et les muscles utilisent une certaine proportion de glucose pour leur carburant. Les globules rouges sont également uniquement alimentés par le glucose.

Le corps a la capacité de fabriquer son propre glucose, via un processus du foie appelé gluconéogenèse (la création de glucose à partir de sources non glucidiques telles que des acides aminés provenant de protéines et de glycérol).

Lorsque l’apport en glucides dans l’alimentation est généralement inférieur à environ 120 g par jour, le corps peut compenser ce manque de glucose en fabriquant le sien.

Pour cette raison, il n’existe pas de «glucide essentiel».

Il faut souligner qu’un régime VLED est une approche assez extrême qui n’a jamais été conçue pour être maintenue pendant de longues périodes. C’est un outil puissant pour réduire massivement les calories, le poids, l’apport en glucides et les besoins en insuline afin d’améliorer la santé métabolique.

Ce type de régime semble également donner au pancréas et au foie le temps de se régénérer. Les résultats massivement impressionnants de ce type de régime intéresseront de nombreux diabétiques.

Si vous envisagez ce type de régime, celui-ci doit être effectué sous la surveillance étroite d’experts médicaux afin de garantir sa sécurité.

2. Régime pauvre en glucides

Un autre type de régime, qui constitue davantage une solution à long terme au diabète, est un régime pauvre en glucides et riche en graisses.

Souvent utilisés pour le traitement d’affections médicales telles que l’épilepsie et certains types de cancer, ces régimes ont récemment gagné en popularité pour le traitement du diabète, grâce à une pléthore de preuves émergentes.

En théorie, ce mode d’alimentation est parfaitement logique, car limiter les hydrates de carbone signifiera un afflux inférieur de glucose dans le sang et, par conséquent, moins d’insuline nécessaire. La graisse a également un impact minimal sur la sécrétion d’insuline.

Comme nous l’avons déjà découvert, le corps peut très efficacement utiliser les corps cétoniques contenus dans les graisses et produire le glucose dont il a besoin. Tout d’abord, il est important de définir ce qu’est un régime pauvre en glucides.

Bien que le terme soit subjectif et que les opinions diffèrent, les régimes pauvres en glucides recommandent généralement de consommer moins de 130 g par jour.

Les régimes très faibles en glucides (également appelés régimes cétogènes) recommandent de consommer moins de 30 à 50 g de glucides par jour, alors qu’un apport modéré en glucides est estimé à environ 130 à 200 g par jour.

La majeure partie de l’énergie proviendra des lipides, insaturés et saturés, et d’une quantité modérée de protéines.

De nombreuses études ont examiné les avantages des régimes alimentaires restreints en glucides. L’une de ces publications, très intéressante, a été publiée dans Nutrition & Metabolism en 2005.

Cet article a révélé que, chez 21 diabétiques de type 2, une restriction de 16 semaines des glucides à moins de 20 g par jour a entraîné des améliorations considérables de la santé métabolique.

En moyenne, l’HbA1c des participants a diminué de 7,5% à 6,3%, ils ont perdu près de 10 kg de poids et leurs triglycérides ont diminué de 46%. L’analyse spécifique de l’HbA1c montre que les participants sont passés du diabète au pré-diabète.

Enfin, 7 participants ont totalement arrêté leur traitement contre le diabète, 10 l’ont réduit et 4 des participants sont restés inchangés. Dans leur intégralité, ces résultats sont très impressionnants.

Limiter ou interrompre totalement les médicaments antidiabétiques est un avantage considérable pour de nombreux diabétiques, en raison des effets secondaires courants tels que des problèmes gastro-intestinaux, des complications rénales et un gain de poids.

En outre, une étude menée en 2012 sur près de 10 000 patients a montré que la metformine (le médicament le plus largement prescrit pour le diabète de type 2) n’améliorait pas la mortalité toutes causes confondues, le risque de maladie cardiaque ou la survenue de crises cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, de maladies vasculaires ou d’amputations des jambes.

Dans le même ordre d’idées, les injections d’insuline pour le diabète de type 2 ont en fait été associées à une augmentation des complications du diabète, du cancer et de la mortalité toutes causes confondues. Un énorme échec des médecines modernes semble-t-il.

Comment les régimes pauvres en glucides se comparent-ils aux régimes pauvres en gras destinés aux diabétiques ?

Comment les régimes glucidiques restreints (faibles ou très faibles) se comparent-ils aux régimes faibles en matières grasses, ceux que, dans l’ensemble, les diététiciens recommandent actuellement pour la gestion du diabète ?

Une des études les plus récentes publiées a révélé que, sur une période de 12 mois, un régime alimentaire pauvre en glucides entraînait une perte de poids supérieure, une amélioration de l’HbA1c et une réduction de l’utilisation de médicaments.

Les chercheurs ont indiqué que 60% des participants ayant reçu le traitement à faible teneur en glucides avaient arrêté leur traitement, ce qui contrastait nettement avec le groupe des participants à faible teneur en matière grasse dont aucun n’avait arrêté son traitement.

Des résultats impressionnants similaires ont été observés dans une autre étude d’une durée de 32 semaines. Il a été constaté qu’un régime alimentaire très pauvre en glucides, associé à un programme d’aide au style de vie en ligne, entraînait une réduction significative de l’hbA1c, du poids corporel et des taux de triglycérides par rapport à un régime alimentaire pauvre en gras et bénéficiant du même support en ligne.

Le plus impressionnant a été que plus de la moitié des participants du groupe à faible teneur en glucides ont réduit leur taux d’HbA1c au-dessous de 6,5%, 3 des participants ayant un taux inférieur à 6%, montrant une rémission du diabète.

Ce sujet d’actualité a également été évalué récemment dans une méta-analyse d’essais comparatifs randomisés publiés l’année dernière dans l’European Journal of Clinical Nutrition.

Une méta-analyse d’essais contrôlés randomisés est considérée comme la référence absolue en matière de preuves scientifiques, car elle utilise des techniques d’analyse statistique pour rassembler les résultats de nombreuses études de grande qualité.

Les chercheurs ont examiné 18 études impliquant plus de 2 200 participants. Ils ont découvert qu’un régime alimentaire pauvre en glucides entraînait des améliorations significatives de l’HbA1c, du cholestérol HDL (le «bon» cholestérol), des triglycérides, de la tension artérielle systolique et réduisait le besoin de médicaments antidiabétiques.

Les chercheurs n’ont cependant trouvé aucune différence significative entre la perte de poids, le cholestérol total, le cholestérol LDL (le «mauvais» cholestérol) et la pression artérielle diastolique.

Il est surprenant que la méta-analyse ne révèle aucune amélioration significative de la perte de poids liée à la restriction en glucides, étant donné que de nombreuses études montrent un bénéfice.

Même si les régimes restreints en glucides semblent être supérieurs, de nombreux participants aux études de recherche semblent néanmoins réussir raisonnablement bien avec un régime pauvre en gras.

Lors d’une étude publiée dans Diabetes Care en 2014, des chercheurs ont découvert que, sur une période de 6 mois, un régime pauvre en graisse était aussi efficace qu’un régime pauvre en glucides pour améliorer la perte de poids, la pression artérielle, la glycémie à jeun et le taux de cholestérol LDL.

À l’inverse, le régime alimentaire pauvre en glucides était supérieur en ce qui concerne l’HbA1c, le cholestérol HDL, les triglycérides, la variabilité de la glycémie et les besoins en médicaments.

Des résultats très similaires ont été rapportés par le même groupe de recherche l’année suivante. Il a été constaté que sur un an, un régime riche en glucides et faible en gras était tout aussi efficace qu’un régime pauvre en glucides pour réduire le poids, la tension artérielle, l’HbA1c, la glycémie à jeun et le cholestérol LDL.

Cependant, le régime pauvre en glucides s’est de nouveau avéré supérieur pour réduire les besoins en médicaments, la variabilité de la glycémie, les triglycérides et le cholestérol HDL.

Les résultats des études ci-dessus montrent que, même si un régime «conventionnel» à faible teneur en matière grasse peut être utile pour améliorer les marqueurs du diabète et des maladies métaboliques, les régimes restreints en glucides, faibles ou très faibles, sont à bien des égards supérieurs.

Il est intéressant de noter que, dans les études mentionnées ci-dessus, aucune des variables mesurées n’était significativement meilleure dans les régimes pauvres en graisses que dans les régimes pauvres en glucides.

Pourquoi les régimes pauvres en glucides fonctionnent-ils ?

Pourquoi un régime restreint en glucides est-il efficace ? Premièrement, du point de vue de la perte de poids, ces régimes omettent presque totalement l’un des 3 macronutriments, ce qui limite considérablement le choix des aliments et donc l’apport calorique.

Comme il peut être très facile de trop manger des aliments riches en glucides, ceci est certainement un facteur primordial.

La faim est également un facteur important lors de la diète et l’une des principales raisons pour lesquelles les personnes ont du mal à suivre un régime à calories contrôlées.

Malheureusement, lorsque l’organisme suit un régime, il augmente les hormones de la faim et diminue celles qui nous font sentir rassasié, ce qui rend la situation encore plus difficile.

Cependant, l’un des avantages les plus souvent cités d’un régime alimentaire faible ou très faible en glucides est qu’il augmente la satiété et rend le régime alimentaire plus durable.

Des recherches ont également montré que, sur une période de 24 mois, les personnes qui suivent un régime faible en glucides peuvent conserver un apport calorique inférieur à celles qui suivent un régime faible en gras et perdre ainsi plus de poids et maîtriser plus efficacement leur diabète.

Des recherches récentes ont également révélé certaines découvertes fascinantes en matière d’appétit.

Une étude publiée dans l’International Journal of Obesity a révélé qu’en 8 semaines, un régime très pauvre en glucides entraînait une perte de poids de 10 à 17% chez les participants, sans entraîner de changement défavorable de leurs hormones de l’appétit.

Cependant, une fois que les participants ont augmenté leur apport en calories et en glucides, leur faim est revenue, ce qui aurait probablement conduit à une reprise de poids.

Une méta-analyse récente a confirmé ces résultats, car les chercheurs ont conclu que les régimes très faibles en glucides empêchent une augmentation de l’appétit malgré une perte de poids.

La plus fascinante de ces dernières découvertes a été publiée en octobre 2017 et démontre que les triglycérides (graisses dans le sang) traversent la barrière hémato-encéphalique, ce qui peut provoquer une résistance à l’insuline et une résistance à la leptine (une hormone de l’appétit). Cela peut ensuite conduire à l’obésité et au diabète.

Comme nous en avons discuté précédemment, l’un des moyens les plus efficaces de réduire les taux de triglycérides consiste à limiter l’apport en glucides.

Il est donc plausible que les régimes pauvres en glucides diminuent le désir de manger en exerçant des effets positifs sur la sécrétion d’hormones intestinales et sur la sensibilité du cerveau aux signaux d’insuline et d’appétit.

On avait déjà émis l’hypothèse qu’un régime pauvre en glucides présentait également un avantage par rapport à un régime pauvre en graisses en termes de métabolisme, car les gens pensaient qu’il brûlait plus de calories.

Cependant, une étude à grande échelle sur le métabolisme menée en 2015 a montré que, lorsque l’apport en protéines était équilibré entre les régimes, il ne s’agissait que d’une légère amélioration non significative d’un régime pauvre en glucides en ce qui concerne la combustion des calories.

Lors de l’étude des effets d’un régime pauvre en glucides par rapport à un régime pauvre en graisses, il est important de reconnaître que l’augmentation du taux de protéines a des effets déstabilisants sur l’appétit, une épargne musculaire et une augmentation du taux métabolique.

En effet, la digestion des protéines nécessite une quantité d’énergie nettement supérieure à celle des glucides ou des lipides.

De nombreuses personnes augmentent leur apport en protéines avec un régime pauvre en glucides pour compenser le manque de glucides, ce qui signifie souvent qu’elles voient une grande différence dans leur faim et leur poids.

Comme mentionné précédemment, la raison pour laquelle un régime alimentaire faible en glucides peut améliorer le contrôle de la glycémie est simple. Contrairement aux glucides, l’apport en lipides n’augmente pas la glycémie, ce qui signifie qu’aucune insuline n’est nécessaire.

Les effets peuvent être assez puissants, car des recherches menées en 2016 ont montré qu’une journée de régime alimentaire pauvre en glucides (30% de l’apport énergétique total contre 60%) pouvait diminuer de près de 40% la résistance aiguë à l’insuline.

Étant donné les preuves derrière une alimentation faible en glucides pour traiter le diabète et l’obésité, pourquoi cette méthode n’est-elle pas plus mise en avant ?

Controverses au sujet des régimes pauvres en glucides

Bien que la pléthore de résultats positifs ait incité de nombreux pays à travers le monde à modifier leurs conseils en matière d’alimentation pour les diabétiques, la France en particulier semble toujours rester prudente quant à l’adoption d’une nouvelle approche.

Une étude publiée auprès de 320 diététiciens a révélé que 48% d’entre eux conseillent aux diabétiques de type 2 de restreindre leur consommation de glucides de manière occasionnelle ou fréquente.

Cependant, cela signifie que les 52% restants ne recommandent pas la restriction des glucides aux personnes fondamentalement intolérantes aux glucides, malgré les preuves de l’efficacité des régimes pauvres en glucides. Mais pourquoi est ce cas ?

La principale préoccupation des diététiciens français est le manque de données probantes à long terme sur la sécurité des régimes pauvres en glucides.

Une autre raison fréquemment citée est que les régimes pauvres en glucides peuvent entraîner des carences en vitamines, minéraux et fibres. Tout type d’alimentation peut entraîner des carences nutritionnelles lorsqu’il ne contient pas les bons aliments.

Les œufs, les noix, les poissons gras, les produits laitiers, les avocats, le chocolat noir et les viandes font partie des aliments les plus denses en nutriments que vous puissiez manger. Ils sont pourtant appréciés des personnes suivant un régime pauvre en glucides.

Avec une petite quantité de conseils de diététiciens et nutritionnistes qualifiés, une carence en vitamines et en minéraux serait facilement évitée.

L’inquiétude suscitée par l’apport en fibres est rationnelle, étant donné qu’une quantité importante d’aliments contenant des fibres, tels que les céréales complètes, les légumineuses, les féculents et certains fruits, est généralement limitée.

Cependant, les noix, les baies, les légumes, les avocats et le chocolat noir sont de bonnes sources de fibres et sont tous encouragés à être consommés régulièrement avec un régime alimentaire pauvre en glucides.

La nécessité du glucose est également l’une des raisons pour lesquelles il est recommandé aux personnes qui consomment une alimentation riche en glucides de s’assurer d’un afflux de glucose plusieurs fois par jour.

Il est vrai que certains systèmes du corps exigent du glucose comme carburant, mais comme nous l’avons découvert plus tôt, le corps peut créer efficacement le glucose dont il a besoin par la gluconéogenèse. Enfin, un argument souvent avancé est que les régimes pauvres en glucides ne sont pas durables à long terme.

Cet argument peut avoir un certain mérite, mais la durabilité d’un régime alimentaire est beaucoup trop individualisée pour faire une telle déclaration générale.

D’après les recherches, le taux d’abandon entre les régimes pauvres en glucides et faible en gras est souvent très similaire, ce qui montre que tous les régimes sont difficiles, quelle que soit leur composition en macronutriments.

Un point important à souligner est que faible teneur en glucides ne signifie pas nécessairement absence de glucides. Les recommandations concernant l’ampleur de la restriction glucidique devraient être basées sur la gravité du diabète et de la résistance à l’insuline.

Ainsi, pour certains, un apport modéré en glucides serait bénéfique, alors que d’autres pourraient avoir besoin d’un régime alimentaire très pauvre en glucides pour en tirer le meilleur parti.

La méta-analyse portant sur les avantages de la restriction en glucides a révélé que moins de 50 g de glucides par jour était difficile à maintenir pour la plupart, mais moins de 130 g par jour n’était pas vraiment un problème.

En outre, comme il a été prouvé de manière constante que les régimes hypocaloriques réduisent de manière impressionnante le poids corporel, les marqueurs du diabète et des maladies métaboliques, ils réduisent également le besoin de médicaments.

Ce mode de consommation est susceptible de perdurer car il aide les personnes à améliorer massivement leur santé et leur bien-être.

Le régime pauvre en glucides en pratique

Maintenant que nous avons examiné la théorie et la recherche derrière une alimentation restreinte en glucides, voyons à quoi cela pourrait ressembler dans la pratique.

Comme mentionné précédemment, un régime typique à faible teneur en glucides est riche en graisses saturées et non saturées et contrairement à la croyance populaire, il ne contient pas beaucoup de protéines.

Premièrement, certaines protéines peuvent stimuler la sécrétion d’insuline de manière très significative, ce qui n’est pas bon pour les diabétiques.

Deuxièmement, si le corps a plus de protéines qu’il n’en a besoin, l’excès de protéines sera transformé en glucose, ce qui signifie que la combustion des graisses est moindre.

Sur une diète restreinte en glucides, toutes sortes de viandes, poissons (en particulier les poissons gras riches en oméga 3), noix, graines, baies, légumes, avocats et huile d’olive constituent la majorité des repas. Les herbes et les épices sont également utilisés régulièrement pour leur goût et leurs bienfaits pour la santé.

Comme vous pouvez le constater, ce type d’alimentation se concentre sur les aliments riches en nutriments, tout en limitant totalement les aliments «malsains» et hautement transformés ainsi que le sucre, ce que tous les nutritionnistes conviendraient comme fondement solide d’une bonne pratique alimentaire.

De plus, les gens sont encouragés à prendre conscience de leur consommation de sel et d’alcool. Il est important de ne pas considérer cela comme un régime, mais comme une modification positive du mode de vie qui, une fois correctement effectué, peut avoir un impact puissant sur la santé et la qualité de la vie.

Plus important encore, soyez créatif avec vos repas. Il existe de nombreuses ressources utiles sur Internet pour vous donner quelques idées de repas sains et satisfaisants.

Espérons que ce chapitre offre une vue d’ensemble équilibrée des preuves, montrant que, même si un régime pauvre en graisse conduit à une perte de poids et peut certainement améliorer la santé et le contrôle du diabète, de plus en plus de preuves émergent montrant qu’un mode d’alimentation pauvre en glucides pourrait être plus efficace sur de nombreux fronts, pour ceux qui peuvent s’y tenir à long terme.

3. Exercice physique

Il est universellement reconnu à quel point l’exercice physique est important. sachant qu’il peut avoir un effet protecteur contre plus de 25 problèmes de santé chroniques.

La plupart des gens ne seront pas surpris d’apprendre que l’exercice peut être un moyen puissant de gérer le diabète de type 2 et, dans de nombreux cas, il peut avoir un effet plus puissant que le traitement du diabète, sans certains des effets secondaires désagréables et non désirés.

Un mélange d’exercices aérobiques (marche rapide, jogging, natation et cyclisme, par exemple) et d’activités de renforcement musculaire, telles que la musculation, sera probablement préférable pour améliorer le diabète mais aussi pour la santé en général.

Les exercices de renforcement musculaire et aérobie peuvent améliorer la sensibilité à l’insuline et la translocation de GLUT4, qui contribuent tous deux à augmenter l’absorption de glucose par les muscles et le foie, réduisant ainsi le taux de glucose dans le sang.

Les exercices aérobiques, en particulier, sont également connus pour aider à gérer la santé cardiaque, la pression artérielle, le taux de cholestérol, ainsi qu’à améliorer le fonctionnement des vaisseaux sanguins, des zones affectées négativement par les complications du diabète.

En outre, il a été démontré à maintes reprises que les exercices aérobiques sont capables de réduire la graisse viscérale (la graisse qui entoure nos organes vitaux, y compris le pancréas).

On sait que cette graisse est davantage un facteur de risque pour le développement de nombreuses maladies chroniques que la graisse dans d’autres parties de notre corps.

Des recherches ont également montré qu’une diminution de la quantité de graisse viscérale qui enveloppe le foie et le pancréas peut aider à régénérer les cellules bêta qui produisent l’insuline.

Les exercices aérobiques sont également connus pour être ceux qui brûlent le plus de calories. Cela peut vous aider à perdre du poids, ce qui contribuera à améliorer le contrôle glycémique et d’autres marqueurs de la santé métabolique.

Cependant, force est de constater que l’exercice seul n’est pas toujours aussi efficace que l’on pourrait le penser en matière de perte de poids, de sorte que les meilleurs résultats seront visibles lorsqu’un régime alimentaire sain sera associé.

Les exercices de résistance sont également universellement reconnus pour être la meilleure forme d’exercice pour augmenter la masse musculaire. Ceci est important, en particulier pour les diabétiques, car la résistance à l’insuline peut entraîner une perte musculaire.

L’augmentation de la masse musculaire peut présenter divers effets positifs chez les diabétiques :

  • Premièrement, plus de muscle signifie que le corps a une plus grande capacité à stocker le sucre sous forme de glycogène.
  • Deuxièmement, les muscles consomment une quantité relativement élevée de calories par jour, de sorte que les personnes ayant davantage de muscles ont un taux métabolique plus élevé.

Cela signifie que le maintien ou l’atteinte d’un poids santé devrait devenir plus facile, ce qui améliorera par la suite les marqueurs du diabète.

Des recherches récentes ont également montré que pour que les diabétiques puissent tirer le maximum d’avantages de la pratique sportive, il serait peut-être préférable de limiter leur consommation de glucides après l’entraînement.

Des chercheurs de l’Université de Bath, au Royaume-Uni, ont découvert qu’après 90 minutes de course, le remplacement des glucides perdus après un exercice physique avait entraîné une diminution de la tolérance au glucose et de la sensibilité à l’insuline le jour suivant.

Cependant, le groupe qui ne prenait qu’une petite quantité de glucides (27 g) le soir avait un contrôle glycémique considérablement amélioré lorsqu’il était soumis au test de tolérance au glucose par voie orale le lendemain.

Ces résultats doivent être interprétés avec prudence, étant donné que l’étude a été menée chez des individus en bonne santé qui n’étaient pas diabétiques.

Espérons que de futures recherches étudieront les effets sur une population diabétique, mais les signes montrent clairement que la restriction des glucides est un outil puissant pour améliorer le diabète.

Quelle durée d’exercice physique est optimale pour les diabétiques ?

Les recommandations actuelles du gouvernement semblent fondées sur des données probantes et appropriées. Pour les exercices aérobiques, on recommande souvent 150 minutes d’activité d’intensité modérée par semaine, généralement divisée en 5 séances de 30 minutes.

En ce qui concerne les exercices de résistance, il est actuellement recommandé d’effectuer au moins deux séances par semaine, qui comprennent des exercices qui stimulent tous les principaux groupes musculaires tels que les jambes, le dos, la poitrine, les épaules et les bras.

Comme mentionné précédemment, pratiquer cette activité physique présente une pléthore de bienfaits pour la santé, les meilleurs résultats pouvant être obtenus lors d’activités de renforcement aérobie et de renforcement musculaire.

Cependant, l’exercice physique seul dans cette quantité ne brûlera pas nécessairement beaucoup de calories.

Donc, pour perdre une quantité de poids cliniquement significative, il faut l’associer à un régime alimentaire structuré et bien équilibré.


Quels compléments alimentaires peuvent aider les diabétiques de type 2 ?

Bien que la nourriture devrait avoir la priorité, il est justifié d’inclure certains compléments alimentaires dans le régime alimentaire d’un diabétique.

L’un d’eux est la cannelle, qui a montré des résultats positifs dans la recherche.

Une méta-analyse de 10 essais contrôlés randomisés a montré que la consommation quotidienne de cannelle pouvait réduire considérablement la glycémie à jeun, le cholestérol total, le cholestérol LDL et les triglycérides. Étonnamment, il a également été démontré que la cannelle augmente le taux de cholestérol HDL.

Bien que cela ait eu un léger effet positif sur l’HbA1c, cet effet n’a pas été qualifié de significatif. Cependant, il est difficile de déterminer la dose optimale de cannelle, car les études ont analysé des doses allant de 120 mg à 6 g par jour.

Il existe également de bonnes preuves derrière l’utilisation du gingembre chez les diabétiques.

Deux études publiées au cours des trois dernières années ont montré que 2 g de poudre de gingembre par jour étaient efficaces pour réduire de manière significative la glycémie à jeun et l’HbA1c chez les personnes atteintes de diabète de type 2.

Le chrome est également un minéral qui a retenu l’attention de la communauté scientifique en raison de son rôle bien connu dans la régulation de la glycémie et la sensibilité à l’insuline.

Bien que dans l’ensemble les études soient mitigées, il a été prouvé que la supplémentation en chrome pouvait améliorer les taux de sucre dans le sang, l’hbA1c et les triglycérides à jeun.

Enfin, un complément qui pourrait être très utile pour la plupart des gens, mais pour les diabétiques en particulier, est l’inuline.

L’inuline est l’une des meilleures sources de fibres, de nombreuses poudres d’inuline représentant près de 90% de leur poids en fibres.

Comme la plupart d’entre nous en France n’atteignons pas quotidiennement une quantité suffisante de fibres, la poudre d’inuline pourrait certainement aider.

Bien que l’inuline ne contienne pas de sucre, elle est naturellement douce. Pour cette raison, elle est de plus en plus utilisée dans les aliments, les boissons et même les produits de boulangerie comme alternative saine au sucre.

L’inuline est également réputée pour son influence prébiotique, car il a été prouvé qu’elle nourrissait les bactéries saines de notre système digestif.

La recherche ne fait qu’effleurer l’importance d’un microbiote en bonne santé, mais des preuves récentes ont montré son importance dans des domaines tels que la gestion du poids, la santé du système immunitaire et de nombreuses maladies auto-immunes et inflammatoires.


Conclusion

J’espère que cet article a fourni un aperçu de la puissance de certaines modifications du mode de vie pour contrôler efficacement, voire, dans certains cas, inverser l’une des maladies chroniques les plus répandues dans le monde.

Rassemblons toutes ces informations dans les points clés de cet article :

  • On estime que le diabète de type 2 affecte plus de 400 millions de personnes dans le monde et que ce chiffre devrait encore augmenter de 200 millions d’ici une génération.
  • Le diabète se caractérise par une intolérance au glucose, provoquée par le fait que le corps devient résistant à l’insuline ou que le pancréas n’est pas en mesure de créer une quantité suffisante de cette hormone. Ces deux pathologies entraînent des taux de glycémie extrêmement élevés.
  • Les symptômes les plus courants à surveiller sont le fait de laisser passer des quantités anormalement élevées d’urine, une soif excessive, une léthargie, une perte musculaire, une vision altérée et une faim accrue. L’embonpoint ou l’obésité ou des antécédents familiaux de diabète font partie des facteurs de risque les plus courants. Si vous appartenez à ces catégories, un contrôle régulier du diabète est extrêmement important.
  • Les complications les plus courantes du diabète sont les maladies cardiaques, les lésions rénales, les lésions nerveuses, le déclin cognitif, les troubles de la vision ou, dans certains cas, la cécité, les amputations et les pertes musculaires.
  • En cas de diagnostic d’un prédiabète ou d’un diabète au moyen d’un des tests habituels, le traitement le plus puissant consiste à modifier le mode de vie grâce à un régime alimentaire et à l’exercice, et non à un traitement médicamenteux.
  • Il a été démontré que les régimes à très basse énergie pendant une période relativement courte amélioraient considérablement et, dans certains cas, inversaient le diabète.
  • Les recommandations actuelles en France recommandent, dans la plupart des cas, un régime riche en glucides et pauvre en gras, malgré la pléthore de preuves suggérant qu’un régime riche en lipides et pauvre en glucides est égal, voire supérieur, pour stimuler la perte de poids et améliorer tous les indices de la santé métabolique.
  • Contrairement à certaines préoccupations, un régime alimentaire pauvre en glucides soigneusement planifié et surveillé régulièrement peut fournir tous les nutriments essentiels et peut constituer un changement de mode de vie durable pour beaucoup.
  • Lorsqu’il est associé à un régime alimentaire bien structuré, l’exercice (à la fois aérobique et musculaire) peut avoir un impact positif sur la perte de poids et la santé métabolique. 150 minutes d’aérobic et 2 séances d’exercices de renforcement musculaire par semaine sont actuellement recommandées.
  • Des compléments alimentaires tels que la cannelle, le gingembre, le chrome et l’inuline ont tous démontré leur capacité à stimuler des améliorations modestes mais significatives du contrôle de la glycémie.

Remarque : le but de cet article est de fournir un aperçu complet de l’état du diabète de type 2 et de fournir une vue factuelle de l’importance des modifications du mode de vie pour gérer le diabète ou mettre la maladie en rémission.

Aucun avis n’est un conseil médical. Avant d’apporter des modifications aux pratiques alimentaires, aux programmes d’exercice ou à l’utilisation de suppléments, il est important de consulter votre médecin.

Comment inverser le diabète de type 2 ?

Vous pourrez aussi aimer