Qu'est-ce qu'un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) ?

Qu’est-ce qu’un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) ?

 

Un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) est un cancer du système immunitaire. Il affecte les globules blancs anti-infectieux appelés lymphocytes B (cellules B).

Un LLPC est un type de lymphome non hodgkinien, associé à la leucémie lymphocytaire chronique (LLC). Les deux cancers sont fondamentalement la même maladie et ils sont traités de la même manière. La seule différence est que chaque cancer se situe dans une partie différente du corps.

En cas de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC), les cellules cancéreuses se trouvent principalement dans les ganglions lymphatiques. Dans la leucémie lymphocytaire chronique (LLC), la plupart des cellules cancéreuses se trouvent dans le sang et la moelle osseuse.


Symptômes de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC)

Les personnes atteintes de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) peuvent ne présenter aucun symptôme évident avant de nombreuses années. Certaines peuvent ne pas se rendre compte qu’elles ont la maladie.

Le principal symptôme d’un LLPC est un gonflement indolore du cou, des aisselles et de l’aine. Il est causé par la formation de cellules cancéreuses dans les ganglions lymphatiques.

Les autres symptômes incluent :

  • fatigue
  • perte de poids inattendue
  • fièvre
  • sueurs nocturnes
  • ventre gonflé
  • sentiment de plénitude
  • essoufflement
  • ecchymoses faciles.

Traitement du lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC)

Toutes les personnes atteintes de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) n’ont pas besoin d’un traitement immédiatement. Si vous ne présentez pas de symptômes, votre médecin pourrait vous recommander de «d’attendre et de surveiller».

Cela signifie que votre médecin surveillera le cancer mais ne vous traitera pas. Cependant, si votre cancer se propage ou si vous développez des symptômes, vous commencerez un traitement.

Un lymphome présent dans un seul ganglion lymphatique peut être traité par radiothérapie. La radiation utilise des rayons X de haute énergie pour tuer les cellules cancéreuses.

Le traitement d’un LLPC à un stade ultérieur est identique à celui de la leucémie lymphocytaire chronique (LLC). Les médecins utilisent des médicaments de chimiothérapie tels que le chlorambucil (Leukeran), la fludarabine (Fludara) et la bendamustine (Treanda).

Parfois, la chimiothérapie est associée à un anticorps monoclonal tel que le rituximab (Rituxan, MabThera) ou l’obinutuzumab (Gazyva). Ces médicaments aident votre système immunitaire à détecter et à détruire les cellules cancéreuses.

Si le premier traitement que vous essayez ne fonctionne pas ou qu’il cesse de fonctionner, votre médecin répétera le même traitement ou vous fera essayer un nouveau médicament.

Vous pouvez également demander à votre médecin de vous inscrire à un essai clinique. Ces études testent de nouveaux médicaments et combinaisons de médicaments pour le lymphome lymphocytaire à petites cellules.


Causes de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) 

Les médecins ne savent pas exactement ce qui cause un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) et une leucémie lymphocytaire chronique (LLC).

Les lymphomes se “transmettent” parfois au sein d’une famille, bien que les scientifiques n’aient pas identifié le moindre gène qui les cause. Si vous avez un membre de votre famille atteint de LLPC, votre risque de contracter ce cancer reste globalement faible.

Les preuves suggèrent que vous pourriez être légèrement plus à risque de LLPC / LLC si :

  • vous êtes en contact avec des pesticides en raison d’un travail en agriculture ou autre domaine
  • vous êtes en contact avec l’agent orange, un mélange d’herbicides qui a notamment été utilisé lors de la guerre du Vietnam
  • vous souffrez d’embonpoint ou d’obésité
  • vous respirez du benzène.

L’exposition au soleil peut réduire vos risques, mais les rayons UV du soleil sont liés à d’autres problèmes de santé, tels que le cancer de la peau.


Diagnostic du lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) 

Les médecins diagnostiquent un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) en effectuant une biopsie d’un ganglion lymphatique élargi. Vous bénéficierez d’une anesthésie locale pour engourdir la région.

Si le ganglion lymphatique élargi se situe au plus profond de votre poitrine ou de votre ventre, vous devrez subir une anesthésie générale pour dormir tout au long de l’intervention.

Lors d’une biopsie, le médecin retire une partie ou la totalité du ganglion touché. L’échantillon est ensuite envoyé à un laboratoire pour être testé.

Les autres tests utilisés pour diagnostiquer un LLPC comprennent :

  • examen physique pour vérifier une hypertrophie des ganglions lymphatiques ou une rate enflée
  • tests sanguins
  • tests d’imagerie tels qu’un scanner X ou des rayons X.

Stades de lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC)

Le stade d’un lymphome lymphocytaire à petites cellules décrit à quel point votre cancer s’est propagé. Connaître le stade peut aider votre médecin à trouver le bon traitement et à prédire vos perspectives.

La stadification d’un LLPC est basée sur la classification d’Ann Arbor. La classification d’Ann Arbor est utilisée en médecine pour faire le bilan d’extension des lymphomes malins.

Les médecins classe un cancer en fonction des paramètres suivants :

  • combien de ganglions lymphatiques sont cancéreux
  • où ces ganglions se situent dans votre corps
  • si les ganglions lymphatiques affectés sont au-dessus, au-dessous ou des deux côtés du diaphragme
  • si le cancer s’est propagé à d’autres organes, tels que votre foie.

Les stades 1 et 2 sont considérés comme des cancers à un stade précoce. Les stades 3 et 4 sont des cancers au stade avancé :

  • Stade 1 : les cellules cancéreuses se trouvent dans une seule zone des ganglions lymphatiques.
  • Stade 2 : deux groupes ou plus de ganglions lymphatiques contiennent des cellules cancéreuses, mais ils se trouvent tous du même côté du diaphragme (dans la poitrine ou dans le ventre).
  • Stade 3 : le cancer se situe dans les ganglions lymphatiques situés au-dessus et au-dessous du diaphragme et / ou dans la rate.
  • Stade 4 : le cancer s’est propagé à au moins un autre organe, tel que le foie, les poumons ou la moelle osseuse.

Conseils pour mieux vivre avec la maladie

1. Sachez que vous pouvez attendre

Après avoir été diagnostiqué avec un cancer, il faut souvent commencer le traitement immédiatement. Ce n’est pas toujours vrai quand on a un LLPC.

Cette maladie se développe lentement et tout le monde n’a pas besoin d’être traité immédiatement. Parfois, les médecins utilisent une approche «attendre et surveiller». La partie “surveiller” est importante. Votre médecin vous auscultera régulièrement pour des analyses de sang et vous posera des questions sur vos symptômes. Certaines personnes n’auront jamais besoin de traitement.

Si l’attente vous inquiète, parlez-en à votre équipe médicale. Mais essayez de ne pas paniquer, la recherche montre qu’il n’y a aucun risque à attendre pour commencer un traitement.

2. Demandez de l’aide

Faire face à un diagnostic de cancer tout en continuant à mener de front vos tâches quotidiennes peut être stressant. N’essayez pas de tout faire vous-même.

Votre entourage peut vous aider. Demandez à vos proches de participer et de faire des tâches qui sapent votre énergie, comme cuisiner, faire le ménage ou faire des courses.

3. Restez actif

Un LLPC et son traitement peuvent vous fatiguer à tel point qu’il est difficile de penser à faire de l’exercice physique. Rester actif contribue néanmoins à réduire la fatigue. Cela peut également aider à améliorer les symptômes du cancer.

Aucun programme d’exercices n’est meilleur qu’un autre pour le LLPC. Faites ce qui vous fait du bien. Lorsque vous faites du sport, allez à votre rythme et arrêtez-vous si vous ne vous sentez pas bien.

4. Ne vous surmenez pas

Bien qu’il soit bon de rester actif, vous ne devez pas vous épuiser. Réservez du temps chaque jour pour une sieste. Mettez de côté les tâches non essentielles jusqu’à ce que vous vous sentiez à la hauteur.

Écoutez votre corps. Si vous êtes fatigué ou dépassé, arrêtez-vous et faites une pause.

5. Apprenez à vivre avec la maladie

Faites la paix avec le fait que cette maladie sera avec vous pendant longtemps. Un LLPC est une maladie chronique. Dans la plupart des cas, elle n’est pas curable. Mais elle est gérable.

Suivez le traitement que votre médecin vous a prescrit pour rester en aussi bonne santé que possible et vous devriez pouvoir vivre une vie riche et épanouie.

Cela dit, essayez de ne pas laisser le cancer prendre le dessus sur tous les domaines de votre vie. Continuez à faire ce que vous aimez et amusez-vous. Aussi, passez du temps avec les personnes qui comptent le plus pour vous.

6. Gérez les effets secondaires du traitement

Une fois que vous commencez un traitement, attendez-vous à avoir des effets secondaires.

Une chimiothérapie peut provoquer des nausées, des vomissements, une perte de cheveux, de la diarrhée et des douleurs à la bouche. Certaines personnes ont des effets secondaires légers, d’autres plus graves.

Avisez votre médecin si vous avez des effets secondaires. Des traitements sont disponibles pour aider à les gérer. Une fois le traitement terminé, les effets secondaires devraient disparaître avec le temps.

7. Mangez un régime bien équilibré

Les traitements du LLPC peuvent modifier le goût des aliments et provoquer des nausées et d’autres symptômes qui réduisent votre appétit.

Il est important d’avoir une alimentation équilibrée pour garder votre énergie et prévenir une perte de poids. Votre médecin ou un diététicien peut vous aider à créer un programme de repas comprenant des aliments sains que vous appréciez.

Vous devrez peut-être éviter certains aliments, y compris du poisson et de la viande non cuits. Les bactéries nocives présentes dans les aliments crus peuvent vous rendre malade, car un LLPC vous expose à un risque plus élevé d’infection.

8. Prenez des mesures pour éviter les infections

Un LLPC augmente le risque de contracter une infection car il endommage les globules blancs qui aident votre corps à combattre les germes. Vous n’êtes pas obligé de vivre dans une bulle, mais vous devez prendre certaines mesures pour éviter de tomber malade.

L’un des meilleurs moyens de prévenir une infection consiste à se laver les mains souvent pendant la journée. Utilisez de l’eau tiède et du savon ou un désinfectant pour les mains à base d’alcool.

Suivez également toutes vos vaccinations recommandées, y compris le vaccin contre la pneumonie et le vaccin contre la grippe. Votre médecin vous dira si vous avez besoin d’autres vaccins pour vous protéger.

9. Cherchez du soutien

Avec la maladie, vous pouvez vous sentir isolé et seul. Mais vous ne l’êtes pas. Parlez de vos inquiétudes avec votre partenaire, vos amis et votre famille.

Consultez un psychologue pour trouver des solutions à des problèmes que vous ne pouvez pas résoudre vous-même.

Une autre option pour trouver de l’aide est un groupe de soutien, sur internet ou à l’hôpital. Rejoindre un groupe de soutien vous permettra de vous lier avec d’autres personnes qui connaissent ou vivent la même chose que vous.


Conclusion

Lorsque vous avez un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC), vos perspectives dépendent du stade de votre cancer et d’autres variables. C’est généralement un cancer à croissance lente. Bien qu’il ne soit pas curable, il est gérable avec un traitement.

Un LLPC revient souvent après avoir été traité. La plupart des gens devront subir plusieurs traitements pour garder leur cancer sous contrôle.

Les nouveaux traitements augmentent les risques de rémission, ce qui signifie qu’il n’y a aucun signe de cancer dans votre corps, pendant une période plus longue. Des essais cliniques testent actuellement d’autres nouveaux traitements qui pourraient être encore plus efficaces.

Qu’est-ce qu’un lymphome lymphocytaire à petites cellules (LLPC) ?

Vous pourrez aussi aimer